Rappel de quelques règles de précaution à l’usage des pilotes.

(mise à jour de Octobre 2013)

Ces dernières semaines de 2013, de nouveaux incidents sur des avions notre flotte nous conduisent à nouveau, à solliciter votre concours pour que les précautions nécessaires à la bonne utilisation de nos avions soient pratiquées par tous.

Nous devons absolument réduire les risques d’incidents inutiles et stupides, et pour le faire il existe quelques règles simples et de bon sens.

En tant que pilote et commandant de bord, vous êtes responsable de l’avion que vous avez réservé, quelques recommandations:

– vous volez en VFR (les basiques sont voir et éviter ), et c’est plus confortable avec une verrière propre.

– ne déléguez pas certaines tâches si cela peut causer des conflits, ou un risque potentiel à la sécurité des vols.

– la visite prévol doit être effectuée par le pilote exclusivement, les autres passagers sont priés d’attendre au sol, sans intervention sur l’avion en visite.

– pour éviter les incidents d’inattention, faites attendre vos passagers dans le club-house (ils seront plus en sécurité que sur le tarmac, ou des avions peuvent manoeuvrer hélice tournante).

– lorsque vous devez faire le plein de carburant, la règle de sécurité est de le faire sans aucun passager à bord.

Portez une attention toute particulière au rangement des avions, et n’hésitez pas à demander l’aide d’autres pilotes du Club (seul vous ne pouvez pas voir avec précision les extrémités d’ailes, l’AR du fuselage et de la gouverne de direction). Si vous partez le matin tôt, préparez la position de votre avion la veille au soir pour qu’il soit facile à sortir, et ouvrez bien grand les portes du hangar.

Si le hangar Nord est bien rempli, ne vous obstinez pas : il y a de la place au hangar Sud (rangez y en particulier les PA 28 de plus grande envergure).

Le temps s’est gâté et vous êtes à l’abri ? Pensez aux avions ! Rangez-les sans hésitation par temps de pluie ou de grand vent, même si un autre pilote vole après vous (si pour une raison quelconque il annule son vol, l’avion sera abrité).

Les avions du Club sont les vôtres. La flotte de l’aéroclub est partagée par tous les membres, et vous appréciez certainement le plaisir d’utiliser un avion propre et en bon état, avec un niveau de carburant suffisant. Le membre du Club qui vous succédera a, très probablement, la même exigence.

En particulier n’oubliez pas de les laver lorsque les pistes sont humides et que la terre remplit les carénages de roues ou est projetée sur le bord d’attaque de la profondeur.

L’été c’est différent, le sol est plus sec, mais il y a les moustiques qui ont la très mauvaise habitude de venir s’écraser sur les bords d’attaque d’ailes et de profondeur, sur le capot moteur et les carénages, ainsi que sur l’intrados des pales d’hélice. Un peu d’eau tiède, une éponge et une bonne dose d’huile de coude en auront rapidement raison.

Les dossiers des sièges AV des avions ont été conçus dans une logique d’optimisation du poids de l’avion. Ils sont malheureusement insuffisants pour servir d’appui conséquent, notamment en haut de dossier, et encore moins d’être malmenés avec vigueur.

Et si certains pilotes ne connaissent pas le fonctionnement des mécanismes de siège, il est préférable de demander aux instructeurs ou au chef pilote plutôt que de provoquer l’immobilisation, à coup sûr longue et coûteuse , d’un avion pour détérioration du siège.

Il n’y a pas de petite réparation, les composants de nos avions sont certifiés « aéronautique », et toute intervention doit respecter un processus méthodologique et administratif contraignant et coûteux, qui consomme beaucoup de temps de notre responsable technique, et de ressources économiques de votre Club.

La société CEA/PR est en situation de monopole sur la majorité des composants DR 400, et elle tire grand parti de cette situation d’exclusivité.

Faisons tous ensemble un effort pour décourager cette tactique abusive, qui est particulièrement coûteuse aux utilisateurs de DR 400.

Tout pilote peut commettre des erreurs de pilotage et induire des dommages à nos avions. Ceci est inhérent à la nature humaine.

Ne pas signaler un incident, et risquer de mettre en danger les utilisateurs suivants est une faute qui n’est pas acceptable au sein de notre communauté de pilotes.

Nous vous rappelons que l’article 4.6 du règlement intérieur, prévoit que tout pilote impliqué lors d’un incident, à l’occasion d’un vol, est tenu de faire un compte rendu écrit au chef pilote et au responsable technique, en décrivant précisément les faits qui se sont produits.

Pour mémoire, nous avons réglementairement l’obligation, de signaler tout événement, qui peut compromettre le bon fonctionnement de l’avion pour les pilotes qui l’utiliserons après nous.

Nous en sommes entrain de préparer notre dossier pour obtenir un agrément d’ »Approved Training Organization », seule structure autorisée par EASA et DGAC pour pratiquer la formation des pilotes PPL et LAPL , à partir de début 2015.

Si lors d’un audit, la DGAC met en évidence, une certaine « légèreté » dans la déclaration des incidents survenus sur nos avions, nous perdrons pour une durée indéterminée cet agrément ATO. Il doit être clair que chacun doit faire le maximum, pour nous éviter une telle pénalité.

Le Comité directeur a besoin de la contribution active de tous, pour poursuivre notre politique d’amélioration de la sécurité des vols, du maintien de la qualité de nos avions, tout en préservant l’objectif de voler avec des coûts d’heure de vol les plus favorables pour nos membres.

Bons vols à tous,

Yves Rouvillois

Président AC Renault

Share This